L’Esprit de Dieu n’est pas confiné

MisterT Discipulat, Église, Évangélisation Leave a Comment

À l’heure où j’écris ce texte, le monde entier vit une crise sanitaire liée au Coronavirus. Nous sommes en avril 2020, et pour la plupart d’entre nous c’est la première fois que nous vivons une crise majeure qui affecte chacune de nos vies.

Toutes nos réunions sont annulées, nous sommes confinés à la maison et la plupart des échanges doivent se faire par téléphone ou en vidéo-conférence. Dans ce context, les chrétiens qui ont l’habitude de se rassembler dans un même lieu une à deux fois par semaine peuvent se sentir déstabilisés. Que faire de tout ce temps à disposition? 

Cela me fait penser à une histoire que j’ai entendue il y a quelques semaines. Elle parlait de James Fraser, un missionnaire qui prêchait l’évangile aux villageois chinois dans la première moitié du XXème siècle. 

James travaillait à plusieurs centaines de kilomètres à l’ouest de Wuhan, dans les contreforts de l’Himalaya, si bien qu’il se trouvait très souvent dans l’impossibilité d’atteindre ses disciples dans les régions montagneuses à cause des chutes de neige abondantes.

Au début, il était frustré et en colère contre Dieu, qui aurait pu facilement retenir la neige pour permettre d’aller au village. Mais alors qu’il priait, il eut l’impression que Dieu lui lançait un défi avec ce problème logistique.

James Fraser s’est mis à réfléchir et il s’est posé cette question. Que se passerait-il si je passais le temps que je passe à aller au village à prier? Il lui fallait cinq jours en tout. Deux jours pour atteindre le village, un jour sur place, et deux jours pour le retour. Il décida donc de prier entre trois et cinq jours pour chaque village qu’il désirait visiter.

A la fonte des neiges, vous pouvez imaginer l’excitation du missionnaire alors qu’il se mit en route pour visiter physiquement les villages pour lesquels il avait prié de longues heures. A sa grande surprise, les habitants des villages de montagne avaient bien plus progressé dans leur foi que ceux des villages de plaine. Dieu avait agit souverainement dans le cœur des villageois, répondant aux prières du missionnaire.

James Fraser n’a jamais connu la pleine portée de ses prières, mais de nombreux missiologues font remonter l’énorme réveil qui a balayé la Chine au cours des cinquante dernières années à celui qui a commencé parmi les montagnards de cette région pendant les hivers où il restait à la maison et priait.

Prions pour que Dieu intervienne et que ce virus soit arrêté au plus vite, car des gens meurent chaque jour. Mais prions aussi pour que Dieu utilise ce temps de crise pour agir souverainement dans le cœur des gens qui ne le connaissent pas encore, et que par son Esprit il enseigne les disciples que nous sommes.

Thiéry Terraz, JEM-Genève

Photo par Arisu Ling sur Unsplash

Laisser un commentaire